skip to Main Content
La Frénésie De La Nouveauté

Entre la blogosphère et les réseaux sociaux, il est difficile de résister à l’appel du shopping. C’est encore plus vrai lorsqu’on ouvre un compte Instagram ou un blog mode, les tenues photographiées nous semblent portées beaucoup plus souvent qu’elles ne le sont en réalité. Pour pallier cette frénésie du NEW, je vous montre ici du « vieux », c’est-à-dire 1 an en langage de blogueuse 😉

Si le budget des Français consacré à l’habillement a tendance à s’étioler, celui des fashionistas en herbe ne tarit pas, d’autant plus depuis qu’on montre nos petits looks sur Insta & Co. D’une part parce qu’entre les chiffons et nous, c’est une grande histoire d’amour. D’autre part, parce qu’il ne faudrait pas lasser les followers en montrant toujours la même chose pardi ! On se compare consciemment ou non aux autres instagrammeuses qui cartonnent, arborant chaque semaine des dizaines de nouvelles pièces de la toute dernière tendance. La différence entre elles et nous ? Nous, on a fait une croix sur notre plan épargne, quant à elles, la plupart de leurs tenues n’ont pas été achetées. Je me rappelle encore d’Audrey Lombard affirmant que 90% de son dressing lui était offert, ouuh la veinarde 😉

Mais être passionnées de mode, ne nous dispense pas de savoir.  Savoir que la mode est la deuxième industrie la plus polluante et l’une des plus asservissantes, et qu’à l’autre bout de la planète, l’industrie du prêt-à-porter détruit la santé et l’environnement des populations qui travaillent pour nous vêtir en tirant profit de leur misère.
Lorsque j’achète tous les mois des nouveautés je participe, que je le veuille ou non, intrinsèquement à cette pollution et à cette sujétion. Je me sens exactement comme toutes ces personnes qui se nourrissent de chair animale tout en se disant préoccupées par le bien-être de l’animal ayant atterri dans leurs assiettes. Je ne leur jette pas la pierre, j’agis d’ailleurs de la même façon avec les vêtements. Ces personnes ferment les yeux sur le sort réservé à l’animal, comme je ferme les yeux sur les quantités astronomiques d’eau, de pesticides, d’herbicides et d’engrais utilisés pour parfaire mon dressing. Vous pensez que l’image d’un petit agneau suspendu par ses pattes arrières, le regard affolé et régurgitant le lait tout chaud de sa mère me vient à l’esprit lorsque je me balade au Printemps ? Que nenni ! Les étoiles dans les yeux, je réfléchis déjà avec quoi je pourrais assortir le tout dernier sac Bobi de Jérôme Dreyfuss. Le chiffre des 2500 litres d’eau utilisés pour fabriquer un T-shirt de 250 grammes ? Il disparaît comme par magie lorsque je me balade sur tous mes e-shops préférés.

70% de notre garde-robe ne seraient pas portés et nous achetons environ 20 kilos de vêtements neufs chaque année et chaque article contribue à hauteur de 20 fois son poids aux gaz à effet de serre (source planetoscope.com). Aujourd’hui, je me pose des questions, je m’interroge davantage à la provenance de mes vêtements. Est-ce que je me sens un peu hypocrite ? Oui… Une amie m’a dit « est ce qu’on pardonne aux tueurs parce qu’ils savent que ce qu’il ont fait est mal ?  » Au moins ça a le mérite d’être clair ! Je n’arrêterai pas du jour au lendemain d’acheter, car cela fait partie des petits plaisirs de ma vie, mais mon premier challenge est de porter beaucoup plus les mêmes vêtements, m’intéresser plus aux marques, à leur histoire, et ne pas hésiter à parler à mon entourage des jolis créateurs plus éthiques. En quatre mots : acheter moins mais mieux.

 

 

 

RDV TOUS LES JOURS SUR MON INSTAGRAM

Cet article comporte 7 commentaires
  1. Sans être blogueuse mode, je me sens également prise dans ce comportement d’achat compulsif en ce qui concerne les vêtements. J’en suis consciente mais c’est difficile de changer les petites habitudes. Quand j’ai analysé ma garde robe il y a quelques jours pourtant, je me suis bien rendue compte que j’avais tendance à porter toujours les mêmes vêtements….il me suffirait de ne garder que ceux là et de les accessoiriser différemment pour changer un peu de look quand l’envie m’en prend….

    1. C’est pas facile du tout! Il faut vraiment se forcer, être inventif et ne pas craquer à chaque changement de saison. Mais je crois qu’on peut tirer une certaine satisfaction à se concocter de nouveaux looks avec des pièces anciennes. Challenge accepted ? 😉

  2. Très bon article qui nous rappelle à quel point c’est important d’avoir de bonnes initiatives.
    Au passages les photos sont vraiment réussies !

    1. Merci beaucoup! Pour certains ce ne sera jamais suffisant, mais on ne va pas se flageller davantage hein 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top