skip to Main Content
Entreprendre : Mon Premier Retour D’expérience

Hello tout le monde,

Je déclare ouverte la catégorie blogging/e-commerce!

En février dernier, j’ai créé mon statut d’auto-entrepreneur et je suis donc passée officiellement du côté des «indépendants».

Très envieuse d’adopter un mode de vie professionnel différent de ce j’ai pu connaître auparavant, j’avais vraiment hâte de franchir le cap ! Fille d’entrepreneur, je connaissais aussi les difficultés que ce changement pouvait engendrer.

Toujours est-il que j’ai officiellement quitté le navire du salariat l’été dernier et j’avais envie de partager avec vous mon ressenti sur ces quelques mois passés.

Commençons par les points négatifs pour terminer sur une note positive !

Les choses que je déteste :

   1.  Le temps qui passe BEAUCOUP trop vite

Qu’elles sont loins ces journées en entreprise où je comptais les heures qui me restaient… Aujourd’hui je cours après le temps, j’ai le sentiment d’avoir des semaines de deux jours.

Les « Oh nan il reste encore 3h avant 19h » se sont transformés en « WTF mais il me reste que 3h de travail et ça sera déjà 1h du mat !!! ».  C’est terrible de ne pas voir le temps passer à ce point-là, je me dis si à 28 ans ça me fait ça, mais ça sera comment dans 10 ans ?!

Dans ma tête on est toujours en 2017… du coup je rate les anniversaires, les événements bref je vais me coller un agenda sur le front ça m’aidera peut-être !

    2.   Le stress

De base je suis une grande angoissée ; en entretien d’embauche, j’ai toujours été honnête, entre deux vomis, je répondais « être stressée » à la fameuse question « quel est votre principal défaut ». Mais à vrai dire, en entreprise je l’ai toujours géré.

Là, avec Marliette, ma future boutique, l’enjeu n’est pas le même et j’ai beau me répéter que même si ça ne marche pas, l’expérience est telle que je n’ai absolument rien à regretter, le stress est toujours là et bien là !

Pour les Américains, référence en matière d’entreprenariat,  si tu n’as as vécu un premier échec, t’es pas un vrai entrepreneur. Mais moi ça me va de pas être une vraie entrepreneuse et de réussir du premier coup ! ^^

Bref, vous vous demandez par quoi ça se manifeste ? Et bien par une irritabilité certaine envers mon cher et tendre et de l’insomnie. Quand j’entends Oussama Amar dans Nouvelle Ecole qui dit « je devais 600 000 euros et je dormais comme un bébé» je le hais tout simplement 🙂 Faut que je me fasse une raison, on n’est pas tous égaux après tout…

     3.  La lenteur 

Autre défaut, je suis dotée d’une très grande impatience et du coup je trouve que tout est leeeeeent. C’est l’enfer. Tout prend 10 plombes en fait.  Trouver une bonne agence, qu’elle réalise le site, trouver les fonds etc. Chaque action qui implique un tiers prend des mois et des mois. Faut être d’une patience que je n’ai pas mais que j’apprends petit à petit malgré moi.

    4.  La paperasse


Alors voilà, j’ai fait la rencontre de l’Urssaf. Déjà quand tu les appelles, la mauvaise humeur te gagne vite étant donné que l’appel est surtaxé et faut compter 25 minutes d’attente avant qu’une personne te réponde. Ensuite ça donne « Nan mais vous c’est pas ce numéro, ils se sont trompés dans votre affiliation…» – Moi : « Mais euh c’est nouveau pour moi j’avoue que je suis un peu perdue avec tous ces sites » – « Non mais attendez nous aussi on est complètement perdus vous savez !». Là tu te dis bon ben c’est cuit.  Depuis, avant de les appeler je prends un Lexomil.

Passons maintenant aux points positifs, rassurez-vous il y en a pleins!
Les choses que j’aime :

  1. Gérer mon emploi du temps

C’est une des raisons qui m’a poussé à me lancer, pouvoir adapter mon emploi du temps. Quelle liberté de ce côté-là ! Faire ce que tu veux quand tu peux ! 😉 Je n’ai jamais été une matinale, donc je commence généralement le matin vers 10h et puis je peux continuer le soir au grès de mon envie du jour.

   2.  Ne pas avoir de supérieur hiérarchique

Je pense que je n’ai pas besoin de détailler ce point-là. Etre son propre boss c’est le pied 😉

    3.  Faire ce que j’aime


Travailler enfin dans un domaine qui me passionne et de la manière dont je rêve…

 4.   Apprendre plus qu’en 5 ans d’études


Vous le savez déjà quand on met les mains dans le cambouis que ce soit un « vrai » stage ou un premier boulot, on apprend toujours plus que sur les bancs de l’école qui restent souvent du théorique, en tous les cas dans les métiers liés à la gestion de l’entreprise.

Mais quand tu entreprends, il n’y a personne pour te dire de commencer par cette tâche et puis dans 4 mois en fonction de ton niveau on te donnera peut-être un peu plus de responsabilité. Là tu te jettes dans l’arène et comme le combat est de voir ton bébé grandir, tu apprends beaucoup plus vite, tu es hyper curieux de tout, bref tu es investie PLUS QUE JAMAIS ! Et puis surtout t’es seule au commande, donc la com’ c’est toi, la finance c’est toi, la stratégie c’est toi, la commerciale c’est toi aussi ! Ton deuxième prénom devient « multitâches » 😉

5.  Le challenge

On dit souvent que les entrepreneurs aiment le risque. Etant angoissée de nature,  hum … ce n’est pas un côté qui m’attire! Néanmoins dans l’aventure entrepreneuriale, ce qui me booste c’est le challenge, se dire « ok je vais me prouver que je peux y arriver et que je vais tenir« . Ce n’est pas un sprint mais un marathon et il faut de l’endurance. Voilà, en fait je me sens comme une sportive de chaise de bureau.

Est ce que certaines/certains se retrouvent dans mes propos ? Je suis curieuse !
 

SaveSave

SaveSaveSaveSave

SaveSave

SaveSave

SaveSave

SaveSave

Cet article comporte 2 commentaires
  1. « sportive de chaise de bureau » Haha !
    Je suis bien contente d’avoir lu jusqu’au bout pour découvrir cette expression ! XD
    Je suis en plein dedans en ce moment, et je suis bien d’accord !
    Dans les points *négatifs* je rajouterais : devoir prendre certaines décisions seule. Pas toujours évident. Sans tout faire valider par un boss, rien que d’avoir des collègues ça peut aider, pour avoir des avis etc. La « solitude » en général n’est pas toujours facile à gérer.
    Après dans un sens, ça peut aussi être un avantage ! 😉

  2. J’avais oublié avoir écrit ça… XD
    Tout à fait d’accord avec toi, ce n’est pas toujours facile à gérer et j’envie celles ou ceux qui ont un associé avec qui cela se passe bien! Avoir suffisamment confiance en soi, avec des épaules assez larges pour se rebooster dans les moments difficiles, prendre des décisions capitales…et tout ça, toujours seule ! On en apprend plus sur soi au moins 😉 De toutes façons, il y a des avantages et inconvénients comme dans tout… J’ai pallié à cette sollicitude en sollicitant mes amis, ma famille, et les réseaux. Cela ne remplace en rien des vrais collègues mais ça aide 😉

    Bonne route dans ton aventure et surtout Force et Honneur hihi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top